Gare à l'humidité

L'air froid et humide est certainement celui qui est le plus préjudiciable à l'élevage colombophile.

D'abord, le froid à lui seul, peut constituer une épreuve. Si l'on y ajoute à l'humidité de l'air qui empêche l'évaporation à la surface de l'eau, on appréciera les résultats désastreux que l'on peut obtenir dans ces conditions.

Les journées froides et humides sont relativement nombreuses dans certaines régions.

C'est surtout en automne et au printemps que ces journées humides et froides sont les plus fréquentes et c'est précisément à ces époques de l'année que l'élevage des pigeonneaux se fait avec le plus d'intensité. Au printemps, pour avoir des jeunes hâtifs, en automne pour se procurer des jeunes tardifs, d'arrière-saison.

C'est à ces deux périodes que l'élevage est plus ingrat, le plus difficile.

Vivant pendant un certain temps dans une atmosphère humide, les pigeons deviennent lymphatiques, et peu aptes à résister aux grandes fatigues.

Les animaux perdent de leur vigueur, de leur énergie, de leur résistance. Il en est de même de tous les êtres de la création.

Etant moins résistants, les pigeons sont rapidement atteints.

Bref, l'air froid et humide est le plus préjudiciable à la santé des pigeons et surtout à leur élevage.

Quant à l'humidité, nous avons dit ce qu'il faut en penser.

Quant au froid, le pigeon sait bien le supporter si on lui en donne les moyens ; il est sans danger pour la santé. Au contraire.